Connaissez-vous les 3 kifs par jours ?

Qu’est-ce qu’un kif?

Les 3 kifs sont 3 choses agréables vécues dans la journée pour lesquelles nous éprouvons de la gratitude. Il peut s’agir de quelque chose de lu, vu, entendu, senti, ressenti, pensé…pour lequel nous pouvons dire « merci ». Nous pouvons avoir de la gratitude envers quelqu’un, l’univers, la vie, dieu… peu importe. Repérer ces moments positifs de notre journée, nous les remémorer en faisant la liste oralement ou par écrit (qui semble être la meilleure manière de le faire) et exprimer de la gratitude, tout cela aura des effets positifs sur notre bien-être global et notre santé (c’est scientifiquement prouvé).

Un outil pour cultiver son bien-être

J’ai découvert cet exercice dans un magazine et j’ai ensuite lu le livre de Florence Servan-Schreiber du même nom. Je l’ai fait au début très régulièrement, de manière scolaire, et avec le temps j’ai perdu le rythme. Mais, chaque fois que je sens que le moral est en baisse, je fais cet exercice immédiatement, et je le fais même en pensant à la veille et au jour d’avant, ainsi j’ai 9 kifs d’un seul coup pour me booster. Je poursuis ensuite pendant quelques temps. Aujourd’hui, j’en trouve au moins 3 assez facilement, je les repère dans mon quotidien lorsque je les vis et je les provoque même. Je vous propose de nous y mettre car je suis certaine qu’en cette période ça sera bénéfique pour beaucoup d’entre nous.

L’influence de nos pensées

Nous avons environ 60 000 pensées par jour, dont 80% sont négatives. Ces pensées influencent notre mental, notre corps et notre énergie, orientent nos émotions.  

Notre mental met en avant les informations négatives pour nous protéger. Si nous lisons 10 informations dont 1 négative, il est fort probable que cette dernière soit celle qui retienne le plus notre attention. Vous savez, la mauvaise note sur le carnet qui saute aux yeux.

Plus nous regardons, écoutons ou lisons d’informations sources de peur et anxiété, plus nous y prêtons attention, plus elles prennent de l’importance et plus il y a de probabilités que ces pensées deviennent des ruminations (pensées qui tournent en boucle dans notre tête, un peu comme une chaine info). Ces pensées entrainent des projections sources d’encore plus d’anxiété. A nous de choisir de ne pas alimenter encore d’avantage ce penchant et d’orienter un peu plus notre attention sur ce qui est positif dans notre vie.  Il ne s’agit pas de nier ces pensées mais de les limiter (un article suivra sur ce sujet) et de rééquilibrer la balance.

Le cercle vertueux des kifs

Si, à la fin de notre journée, nous commençons par écrire nos 3 kifs du jour, et répétons cela plusieurs jours, nous allons réaliser qu’il y a des aspects positifs dans nos journées . Comme pour les autres informations, c’est une roue qui s’entraine, cette fois en cercle vertueux . Petit à petit, nous allons repérer des kifs au moment où nous les vivons et ainsi en profiter un peu plus, les vivre plus intensément. La gratitude a toute son importance dans cet exercice. La gratitude, permet de se rendre compte que l’extérieur (personnes ou autres) apporte du positif à notre vie. Si en plus, nous exprimons notre gratitude à une personne, alors nous aurons certainement créé un de nos kifs du jour et un de la personne à qui ce « merci » est destiné.  

Pour aller plus loin, il est possible de se créer des kifs. Par exemple, en écrivant un journal de kifs que nous pourrions relire parfois, en remplissant un bocal avec des compliments ou merci que chacun s’adresse sur un petit papier ( à la maison ou au bureau), en prenant des photos et films de nos kifs au moment où nous les vivons pour ensuite les regarder à nouveau, en organisant des « événements » qui seront des kifs de la préparation à la réalisation….

L’info en plus de cultiver son bien-être

Le meilleur moment de la journée pour écrire ses kifs est la fin de journée, ou le soir avant d’aller dormir. Ainsi, vous finissez la journée sur une note positive et vous pouvez même revoir les images avant de dormir. Ces pensées positives vous permettront de ne pas partir dans des planifications, ruminations et autres pensées sources de tensions et stress. Les jours où vous sentez que la forme n’est pas au rendez-vous, vous pouvez aussi relire les kifs notés les jours précédents.

A vous de jouer !

Se préparer sur 3 dimensions pour utiliser au mieux ses capacités le jour J !

J’ai longtemps préparé les évaluations et les examens d’une seule façon : en apprenant mes cours tout au long de l’année et en révisant durement. Pourtant, je n’obtenais pas souvent les résultats escomptés et en rapport avec mes connaissances et mon travail. Tout a changé depuis que je me prépare sur 3 dimensions.

Enfant, j’étais une « bonne élève ». Je le mets entre guillemets car j’étais la bonne élève comme on l’imagine : qui participe en classe, qui n’a pas de difficultés particulières, qui a de bonnes notes, qui aime travailler…Pourtant, déjà à l’époque les contrôles me donnaient mal au ventre, sans pour autant me pénaliser.

Au lycée, tout se passait très bien sauf lors des examens blancs ou réels. Ces périodes d’évaluations devenaient de plus en plus pénibles à vivre et je ne comprenais pas pourquoi je n’arrivais pas à obtenir de bons résultats. J’avais les connaissances, la méthode mais savoir que le temps était limité, que je n’arriverais pas à répondre à toutes les questions, me stressait encore plus. Le temps focalisait une grande partie de mon attention. Plus j’essayais de faire vite, plus cela augmentait mon stress, plus je perdais du temps et plus mon cerveau « buggait ». Oui, comme si un bug m’empêchait de construire mes réponses, de faire concis et clair. Je me sentais dans un brouillard paralysant, j’avais l’impression de me battre contre moi-même. Les oraux étaient pires que les écrits. Dès que je voyais une moue ou un signe que j’interprétais comme une désapprobation, j’avais alors l’impression que mon cerveau se déconnectait complètement et que je ne pouvais plus rien en sortir. Une question comme « pouvez-vous préciser » me mettais dans un état d’anxiété qui me bloquait pour répondre. J’aurais aimé être en audition à l’aveugle, ne pas voir les examinateurs. J’ai tenté le permis de conduire 4 fois, sans jamais réussir. « Vous êtes trop stressée, trop crispée » m’ont dit les inspecteurs. Malgré tout, certaines épreuves (le mot est bien choisi) se sont bien passées mais bien entendu je ne retenais que les mauvaises expériences.  J’ai réussi mes examens Bac, BTS, Certificate en anglais…mais sans jamais exceller, et surtout au prix de bien des souffrances et de tortures mentales avant, pendant et après chaque épreuve.

Malheureusement, cette situation s’est reproduite chaque fois que j’avais l’impression d’être évaluée : en entretien d’embauche par exemple. Si la personne était « bienveillante » (il s’agit uniquement de mon interprétation), si je me sentais à l’aise et n’avais pas l’impression d’être évaluée, tout se passait bien. Dans le cas contraire, l’entretien était catastrophique (c’était mon ressenti). Je n’avais pas besoin d’attendre la réponse. Je ne me serais pas embauchée moi-même.

Lorsque j’ai décidé de ma reconversion, et donc de me former, la première chose qui m’a retenue était la perspective d’avoir à nouveau des examens à passer. Je me suis tout de même lancée, mais dès les premières évaluations, tout est revenu. Je n’ai pas passé la première certification. Puis, je n’ai rendu que la moitié de l’examen écrit. Heureusement,  j’avais réussi cette partie. Je me suis « mentalement flagellée » après l’examen. C’est alors que j’ai décidé de me faire accompagner. M’intéressant beaucoup à la sophrologie, je me suis naturellement tournée vers une sophrologue car je savais qu’elle pourrait me préparer autrement aux examens.

J’ai appris à me préparer dans ma globalité, sur « 3 dimensions ». Depuis, j’ai réussi plusieurs examens dont celui de sophrologue. J’ai répondu à toutes les questions à l’écrit, j’ai même excellé lors de ma dernière certification. Et surtout, je ne me rends plus malade, je ne me torture plus avant, pendant et après chaque examen. C’est ici ma plus grande victoire. J’arrive même à prendre du plaisir, le plaisir de cette victoire sur moi-même et celui d’être en mesure de rester simplement moi.

Cet article n’a pas été simple à écrire car il m’a fait replonger dans toutes ces sensations désagréables mais il m’a aussi permis de voir le chemin parcouru. Si je partage ce témoignage, c’est parce que j’espère qu’il vous donnera envie de vous préparer autrement pour vos examens, concours, entretiens, prises de parole en public…ou d’en parler avec vos enfants. Connaitre son sujet est bien entendu essentiel, mais la préparation ne se limite pas à cela. La préparation en « 3 dimensions », c’est ce que je fais pour moi-même et les personnes que j’accompagne . C’est une préparation mentale, corporelle et émotionnelle.

  • Préparer le mental pour empêcher la construction de scénarios catastrophes et ancrer à la place le scénario positif basé sur nos ressources propres, pouvoir défocaliser de ce qui perturbe, se concentrer pendant les révisions et les examens.
  • Il est aussi important de se préparer corporellement : pouvoir détendre son corps et donc son mental afin d’économiser son énergie puis se redynamiser, pouvoir profiter d’un sommeil réparateur important en période de révision car le cerveau fait un travail essentiel lorsque nous dormons, être présent à ce que l’on fait : révisions ou examens ou entretiens…
  • Et se préparer émotionnellement bien entendu car le stress et les émotions désagréables peuvent nous « couper » de nos moyens et inhiber nos capacités. En étant plus en lien avec notre corps, nous sommes aussi plus présents à nos sensations pour ressentir au plus tôt les signes d’un stress ou d’une émotion démobilisatrice comme la peur, en faire baisser l’intensité et pouvoir se remobiliser sur ce qui nous importe.

La préparation en 3 dimensions : corps-mental-émotions, c’est ce que font les sportifs en compétition, les politiciens, les orateurs et bien des anonymes qui souhaitent  profiter au mieux de leurs capacités le jour J.

Sophrologue – Accompagnement en individuel ou groupe – Chez vous afin de vous éviter les contraintes de déplacement et les pertes de temps. (Colombes, Bois Colombes, Asnières, La Garenne Colombes).

karenlechartier@cultiversonbienetre.fr – 06 34 30 66 45 –http://www.cultiversonbienetre.fr